2019 - Commémoration Anniversaire de la "RETIRADA" (80 ans)


 ANTECEDENTS HISTORIQUES: 

"La retirada" est l'exode des réfugiés espagnols e la guerre civile. En février 1939, plus de 450.000 republicans  franchissent la frontière franco-espagnole après la chute de la Deuxième République Espagnole et la victoire du Général Franco.

Les premiers réfugiés arrivent à la fin de décembre 1938 et au début de janvier 1939. La France met en place un dispositif d'empêchement. Mais la chute du front de Catalogne et la prise de Barcelone par les phalangistes, le 26 janvier 1939, entrainent la dispersion des forces républicaines et le début d'un exode massif. Au début, face à l'afflux de soldats et de civils à la frontière française, le gouvernement Daladier propose à Franco de créer une zone neutre entre Andorre e Portbou. Le dictateur espagnol refuse, considérant les fugitifs comme des prisonniers de guerre. La frontière est alors ouverte par le gouvernement français le 27 janvier, pour que les exilés échappent à la répression implacable des phalangistes (35000 exécutions). Cette ouverture est initialement accordée aux civils. Les gardes mobiles et le 24ème régiment de tirailleurs sénégalais font le tri, repoussant même les hommes valides, en utilisant parfois la force. Quand ils entrent sur le territoire français, les réfugiés sont dépossédés de tout: des armes, mais aussi des bijoux, de l'argent, etc. Mais dès le 28 janvier, le dispositif de filtrage devient un dispositif d'accueil. Le 2 février, 45000 espagnols sont déjà arrivés en France, ce qui provoque, le 5 février, la décision de fermer de nouveau la frontière aux hommes, et d'organiser l'internement, sur la plage d'Argelès, des exilés déjà entrés, avant que le gouvernement ne revienne sur cette décision, le 9 février. A partir du 5 février, ce qui reste de l'armée de la République est autorisé à franchir la frontière: ce sont 250000 combattants qui viennent s'ajouter aux 250000 réfugiés. Les autorités françaises ont sous-estimé l'ampleur de l'exode. En mars 1939, ce sont 264000 espagnols qui s'installent dans le département des Pyrénées Orientales, alors que sa population est inférieure à 24000 habitants.

LES CAMPS

La France est complètement dépassée par cette tragédie humanitaire. Elle désarme, trie, tente d'appréhender les problèmes sanitaires au coeur d'un hiver particulièrement rude. L'essentiel est de garder l'emprise sur les réfugiés. Six régiments d'infanterie, quatre de cavalerie, et des éléments organiques, sont mobilisés. Des zones de regroupement sont crées, en Cerdagne, avec les centres de Bourg-Madame et de Latour de Carol, dans le Haut Vallespir, à Arles sur Tech et Amélie les Bains et dans la région de Saint Laurent de Cerdans.

Les plus grands camps de concentration sont créés sur la côte: Saint Cyprien, Argelès, Le Barcarès. Les conditions de vie y sont déplorables, sans installation sanitaire. De février à juillet 1939, 15000 personnes meurent dans les camps, la plupart de la dysenterie, soit un taux de mortalité de plus de 6%. Les centres d'hébergement dans le reste de la France métropolitaine. C'est le cas du chateau de la Valette à Pressigny les pins (Loiret). Le gouvernement du Pays basque organise également des évacuations, pendant la campagne du Nord et la chute de Bilbao. C'est la deuxième grande vague de réfugiés du nord de l'Espagne, en France, qui concerne 120000 personnes. Le gouvernement mobilise une flotille transportant des réfugiés du nord de l'Espagne vers les ports de l'ouest de la France: Paulliac, Verdon, La Pallice, St Nazaire, Nantes. Une fois débarqués, les réfugiés sont transportés vers différents centres d'hébergement dans toute la France. Des camps spécialisés sont installés dans le sud de la France: le camp de Bram (Aude) est destiné à l'internement des civils et personnes âgées; le camp d'Agde (Hérault) sert à désengorger les camps des Pyrénées Orientales; les camps de Septfonds (Tarn et Garonne) accueillent les hommes valides pouvant être recrutés par les compagnies de travailleurs étrangers (CTE); le camp du Vernet et la briqueterie Mazères (Ariège) sont prévus pour l'internement des anarchistes; le camp de Rieucros (Lozère) est le premier camp de concentration français ouvert pour les étrangers indésirables en janvier 1939. D'autres camps sont encore ouverts à Montolieu, Ogeu, St Vincent de Tyrosse, Talence, Moutiers. D'autres camps sont également ouverts en Afrique du nord, accueillant les espagnols des poches du Levant (Valence et Alicante) qui fuient par la mer. Ces réfugiés ont été internés dans des camps dits d'accueil, mais qui étaient en réalité des camps de travaux forcés, à Bohari (camp Morand) et Suzoni. Environ 15000 réfugiés espagnols en France y sont expulsés. Au total, on évalue le nombre d'espagnols passés dans les camps d'Afrique du Nord à environ 3000. Parmi les 50 camps utilisés, les plus importants, outre ceux déjà cités, sont ceux de Relizane, Bouarfa, Settat, Oued-Akrouch, Kenedsa, Tandara. Des camps disciplinaires ou punitifs sont installés à Hadjerat M'Guil, Ain el-Ourak, Meridja, Djelfa, Berrouaghia. 

ANTECEDENTS HISTÒRICS: 

"La retirada" és l'èxode dels refugiats espanyols de la guerra civil. A partir de febrer del 1939, més de 450.000 republicans  travessen la frontera franco-espanyola després de la caiguda de la Segona República Espanyola i  la victòria del general Franco. 

Els primers refugiats  arriben a finals de desembre del 1938 i a principis de gener del 1939. França estableix   un dispositiu de prevenció. Però la caiguda del front de Catalunya i la presa de Barcelona pels falangistes, el 26 de gener del 1939, provoquen la desbandada de les forces republicanes i el començament d'un èxode massiu. Al principi, davant de l'afluència de soldats i de civils a la frontera francesa, el govern Daladier proposa a Franco de crear una zona neutra entre Andorra i Portbou. El dictador espanyol s'hi nega, considerant els fugitius com a presoners de guerra.

A continuació, el govern francès obre la frontera el 27 de gener  perquè els exiliats puguin escapar a la implacable repressió falangista (35.000 execucions). Aquesta obertura és, al principi, concedida als civils; els guardes mòbils i el 24è regiment  d'infanteria de Senegalesos fan la tria, rebutjant fins i tot  els homes vàlids, utilizant la força eventualment. Quan entren al territori francès, els refugiats són desposseïts de tot :  armes, però també joies, diners en efectiu, etcètera.

Però el 28 de gener, el dispositiu de filtració es converteix en dispositiu d'acolliment. El 2 de febrer, 45.000 Espanyols ja han arribat a França. El govern francès decideix, el 5 de febrer, de tornar a tancar la frontera als homes i d'organitzar l'internament  dels que ja han entrat a la plaja d'Argelers;  després fa marxa enrera   el 9 de febrer.

 A partir del 5 de febrer, es permet travessar la frontera als que queden de l'exèrcit  de la República: són 250.000 combatents, a més dels primers 250.000 refugiats. Les autoritats franceses han subestimat la magnitud de l'èxode. Al març del 1939, són 264.000 Espanyols que s'apinyen en els camps  dels Pirineus Orientals quan la seva població és inferior a 240 000 persones. 

ELS CAMPS

França és completament desbordada per aquesta tragèdia humanitària. Desarma, tria, tracta de comprendre els problemes de salut en el cor d'un hivern particularment dur. La clau és controlar els refugiats. Sis regiments d'infanteria, quatre de cavalleria, i altres elements es mobilitzen. Zones d'agrupació es creen, a la Cerdanya, amb els centres de la Guingueta d'Ix i la Tor de Querol, a l'Alt Vallespir, amb els d'Arles de Tec i Els Banys d'Arles i a prop  de Sant -Llorenç de Cerdans.

Els  camps de concentració més importants són creats  a la costa: Sant Cebrià, Argelers, El Barcarès. Les condicions de vida són deplorables, sense instal.lacions sanitàries. Del febrer al juliol del 1939, 15 000 persones moren en els camps, la majoria per culpa de la disenteria, sigui un percentatge  de mortalitat superior a 6%. Centres d'allotjament es creen en la resta de la França metropolitana. Aquest és el cas del Château de la Valette a Pressigny-les-Pins (Loiret). El govern del País Basc també organitza  evacuacions, durant la campanya del Nord i la caiguda de Bilbao. Aquesta és la segona gran onada de refugiats d'Espanya a França, que consisteix en 120 000 persones. El govern  mobilitza a una flotilla que porta refugiats del nord d'Espanya als ports de l'oest de França, Pauillac, Verdon, La Pallice, St Nazaire, Nantes. Un cop desembarcats, els refugiats són transportats cap a diferentscentres d'allotjament a tot França. Camps especialitzats estan instal·lats al sud de França: el camp de Bram (Aude) és destinat a l'internament dels civils i dels ancians; el camp d'Agde (Herault) serveix per alleujar els camps de Pirineus Orientals;  els camps de Septfonds (Tarn-et-Garonne) reben homes vàlids que poden ser reclutats per les companyies de treballadors estrangers (ETC); el camp de Vernet i la fàbrica de rajoles Mazères (Ariège) es destinen  a l'internament dels anarquistes; el camp de Rieucros (Lozère), és el primer camp de concentració francès obert per a estrangers indesitjables al gener de 1939. Altres camps són oberts a Montolieu, Ogeu, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Talence, Moutiers. Altres camps també es creen a l'Àfrica del Nord francesa, rebent els espanyols de València i Alacant que fugen per mar. Aquests refugiats estan internats en els anomenats camps de refugiats, però són en realitat camps de treballs forçats a Boghari (Camp Morand) i Suzoni. Aproximadament 15.000 refugiats espanyols a França són  deportats allà. En total, s'avalua  al voltant de 30 000 el nombre d'Espanyols que  passa en els camps del nord d'Àfrica. Dels 50 camps que s'utilitzen per detenir els Espanyols, els més importants, a més dels ja esmentats, són els de Relizane, Bouarfa, Settat, Oued-Akrouch, Kenadsa, Tandara. Camps disciplinaris o punitius s'instal·len a Hadjerat M'Guil, Ain el-Ourak, Meridja, Djelfa, Berrouaghia.



LE SPECTACLE

 

En 2019, nous commémorerons le 80ème anniversaire de cet évènement particulièrement douloureux: La RETIRADA, et la FCCCN désire s'inscrire dans ce mouvement.

A son initiative et avec les chefs de chœur, Chantal JOUBERT, Anne PATRUX, Francesc BITTLOCH, Paul ROIG, un spectacle a été conçu sur le thème de la Retirada et de l'exil: Les Chœurs de l'exil et de l'espoir. Ce spectacle n'est pas un concert. Il est basé sur des chants, bien sûr, qui seront le fil conducteur du spectacle, mais il présente aussi une histoire avec des textes historiques et littéraires, et des illustrations projetées par vidéo.

Le souhait de la FCCCN est de le présenter entre 5 et 10 fois en 2019, à l'initiative de villes, de communautés de communes ou d'associations mémorielles, mais aussi dans des lieux emblématiques, sous condition de détenir des espaces suffisamment vastes pour accueillir sur scène, plus de 200 choristes-interprètes, accompagnés de musiciens.

 

Les 12 chants qui serviront de trame à ce spectacle sont les suivants:

- en français:

  • Aller sans retour, de Juliette
  • Mon fils chante, de Maurice Fanon et Gérard Jouannet

- en castillan:

  • Himno de Riego (hymne de la République espagnole)
  • La Cucaracha (version du camp d'Argelès)
  • Los cuatro muleros (adaptation de Federico Garcia Lorca)
  • A la Barricadas
  • El paso del Ebro

- en catalan

  • L'Emigrant
  • Venim del Nord, venim del sud, de Lluis Llach
  • La Muixeranga, d'Algemesi
  • Paisatge de l'Ebre, de Teresa Rebull
  • La Santa Espina

POUR LES CHORISTES DU CHOEUR EPHEMERE

 

Afin de facilité l'apprentissage des chants, vous disposez, dans le lien ci-après, de l'accès à la totalité des enregistrements musicaux des 12 chants, pour les 4 pupitres:

 

https://drive.google.com/drive/folders/1SJ1LSg94jfT6SjQyI9emedgBw4znrbNl?usp=sharing

- Cliquer sur le lien ou le transférer dans votre moteur de recherche. Vous accédez dans Google Drive à 2 dossiers, l'un pour les chants castillans/français et l'autre pour les chants catalans

- En cliquant sur l'un de ces dossiers, vous accédez aux fichiers qui concerne votre pupitre (soprano, alto, ténor, basse)

- En ouvrant le fichier correspondant à votre pupitre, vous accédez à l'enregistrement musical de chacun des chants

 

Extraits du spectacle "Les chœurs de l'exil et de l'espoir", présenté à Toulouges le 19 mai 2019. Images de Thierry MASDÉU

 

LES CHOEURS DE L’EXIL ET DE L’ESPOIR

  

Nous dédions ce spectacle  Les Chœurs de l'Exil et de l'Espoir, interprété par 200 choristes de la Fédération des Cors de Clavé de Catalogne Nord, réunis dans un chœur éphémère, à celles et à ceux qui, il y a 80 ans, franchissaient la frontière, fuyant la barbarie qui, quelques mois plus tard, ensanglanterait l’Europe et le monde. 

 

 Ce  spectacle est une fresque historique, chantée, théâtralisée, illustrée, relatant la brève histoire de l’Espagne et de la Catalogne Républicaine de 1931 à 1939, l’histoire de femmes et d’hommes qui rêvaient d’émancipation, de démocratie et de liberté. Que leur vie nous éclaire et nous donne courage dans un monde où le ciel s’obscurcit. Rien n’est jamais acquis à l’homme…

 

Imaginez…dans la pénombre…des voix s’élèvent…des cris retentissent! La lumière monte doucement sur une silhouette. C’est un homme qui regarde, tel un journaliste, ce qui se passe autour de lui et il décrit : l’espoir, la joie.

 

La Seconde République espagnole est votée. Le peuple est en liesse, tous les espoirs sont permis. Nous sommes en avril 1931. Une image de la Rambla de Barcelona apparaît … puis c’est un piano et une contrebasse qu’on entend au loin…la lumière augmente à nouveau, et là…deux cents choristes font résonner l’Himno de Riego.  Le spectacle commence.

  

Les Choeurs de l’Exil et de l’Espoir évoquent successivement les espoirs de tout un peuple, puis l’arrivée du général Franco et les atrocités de la guerre et enfin l’exil et l’horreur des camps.

  

 

Ce spectacle est une production de la Fédération des Cors de Clavé de Catalogne Nord

 

Sur scène : 200 Choristes de la FCCCN

 

À la direction Musicale : Chantal JOUBERT

 

Accompagnement Musical : Michel MALDONADO (Contrebasse) et Mariano MATILLA (piano)

 

Mise en Scène : Anne PATRUX

 

Récitants : Monique BELLSOLÀ, Anne PATRUX,  Alain BILOTTE

 

Montage Vidéo : Thierry MASDEU

 

Son et lumière :  Expériences SARL

 

          

 Els Cors de l'Exili i de l'Esperança

 

 Dediquem aquest espectacle, Els Cors de l'Exili i de l'Esperança, interpretat per dos-cents coristes de la Federació de Cors de Clavé de Catalunya Nord aplegats en un cor efímer, a les dones i als homes que, fa vuitanta anys, travessaven la frontera, fugint la bàrbarie que, alguns mesos més tard, ensangonaria  tota Europa i el món.

 

  

Aquest espectacle és un fresc històric teatral, cantat, il.lustrat, que relata la breu història de l'Espanya i de la Catalunya republicana de 1931 a 1939, l'història de dones i d'homes que somniaven d'emancipació, de democràcia i de llibertat. Que la seva vida ens il.lumini i ens doni coratge en un món on el cel s'enfosqueix! L'home no pot tenir  res per cert ...

 

 Imagineu... dins la penombra... veus s'aixequen... crits ressonen! La llum puja suaument sobre una silueta. És un home que mira, tal un periodista, el que passa al seu voltant i descriu : l'esperança, l'alegria.

 

 La segona República espanyola està votada. El poble és joiós. Totes les esperances estan permeses. És l'abril 1931. Una imatge de la Rambla de Barcelona apareix... després se senten al lluny un piano i un contrabaix... la llum creix de nou, i ara... dos-cents coristes fan retentir l'Himno de Riego. L'espectacle comença.

 

  

Els Cors de l'Exili i de l'Esperança evocaran primer les esperances de tot un poble, després l'arribada del general Franco i les atrocitats de la guerra i finalment l'exili i l'horror dels camps.

 

  

Aquest espectacle és una producció de la Federació de Cors de Clavé de Catalunya Nord.

 

Amb dos-cents coristes de la FCCCN

 

Direcció musical : Chantal JOUBERT

 

Acompanyament musical : Michel MALDONADO al contrabaix i  Mariano MATILLA al piano

 

Direcció musical : Anne PATRUX

 

Recitants : Monique BELLSOLÀ, Anne PATRUX, Alain BILOTTE

 

Muntatge vídeo : Thierry MASDÉU

 

So i Llum : Expériences SARL

 


LES REPRESENTATIONS

 

Le spectacle a été représenté dans les villes suivantes: 


- ARLES SUR TECH, le dimanche 10 février 2019, espace de la Baillie

SPECTACLE Arles sur Tech - Extraits de la présentation faite sur France Bleue Roussillon, le 11.02.2019

 

lundi 11 février 2019 à 15:08 

Par Emmanuel Grabey, France Bleu Roussillon

 

Culture – Loisirs. Arles-sur-Tech, France

   

DOSSIER : Retirada, l'exil républicain espagnol. 80 ans de la Retirada :

 

"Il faut que les enfants sachent que près de 100.000 personnes sont passées par Arles-sur-Tech" pendant la Retirada. À l'occasion des 80 ans du début de ce tragique événement, la cité a été la première à accueillir le spectacle "Les choeurs de l'exil et de l'espoir" avec 200 choristes et la chanteuse catalane Marina Rossell.

  

Un moment fort des commémorations des 80 ans de la Retirada, dimanche soir à Arles-sur-Tech : la première du spectacle son et lumière, baptisé « Les Choeurs de l'exil et de l'espoir », a réuni sur scène 200 choristes des Cors de Clavé, la fédération des chorales catalanistes de Catalogne nord, et la chanteuse catalane Marina Rossell, pour une fresque retraçant le calvaire des exilés républicains espagnols, du début de la guerre civile à leur installation en France, en passant par la chute de Barcelone et les camps d'internement du Roussillon.

 

Public et choristes unis par une même histoire

 

Plus que les textes, les poèmes et les témoignages de l'exil, ce sont les chants qui ont empoigné le public, notamment l'ouverture du spectacle, quand les 200 choristes ont entonné El himno de Riego, l'hymne de la République espagnole, pour laquelle les parents de Francine, émue aux larmes, ont fui : "Ils ont fait un travail magnifique, je suis pleine d'émotion. Il y a eu des personnes qui ont su accueillir, mais il y a eu aussi des personnes qui n'ont pas été toujours très accueillantes. Dans leur tête, les Espagnols venaient voler le travail des Français... Ça fait de bien, de temps en temps, de se rappeler comment se sont passés les événements." 

 

"En France, à l'heure actuelle, on a du mal à accueillir ceux qui aimeraient être recueillis chez nous." - Francine, fille de réfugiés espagnols

 

Parmi les choristes et le public, beaucoup étaient unis par une histoire, une douleur communes. Un lien ressenti par la chef de chœur, Chantal Joubert. "Je pense qu'on a senti qu'il y avait vraiment de l'intensité, dit-elle à la descente de la scène. Je vois les choristes, mais je ne vois pas la salle. Et je voyais sur le visage des choristes l'émotion qu'il y avait dans la salle."

  

En travaillant avec les choristes pour préparer le spectacle pendant un an, Chantal Joubert a été sidérée par l'investissement de tous : "Comme les gens sont personnellement concernés, on a pu leur demander un travail complètement fou. On parle de gens qui chantent déjà dans des chorales, qui ont un répertoire à connaître à côté de ce spectacle. Là, en plus, on leur a demandé d'apprendre des chants par cœur, de travailler à partir d'enregistrements, de se retrouver des weekends entiers pour répéter."

  

Mais plus que pour ceux qui savent, c'est pour ceux qui veulent savoir qu'a travaillé Alain Bilotte, le président de la Fédération des Cors de Clavé. "Le Roussillon est une terre de passage, d'immigration. Il y a des populations historiques qui ont vécu la Retirada, mais les milliers de personnes qui viennent chaque année s'installer ici ne connaissent pas cette histoire. C'est pour eux aussi qu'on le fait. Nos chorales sont en cela très intégratrices : très souvent, des gens qui viennent s'installer en Roussillon cherchent à savoir quelles activités ils peuvent faire. Ils viennent dans les chorales, ils apprennent le catalan, c'est une manière pour eux de s'intégrer." 

 

Si la première a eu lieu à Arles-sur-Tech, c'est à la demande de Jean-Pierre Ferrari, installé depuis 50 ans dans la commune. Pourtant actif dans la vie de la cité, marquée par le passage des exilés, et surtout marié à une fille de réfugiés espagnols, ce n'est qu'au début des années 2000 qu'il a entendu parler de la Retirada pour la première fois. Pour ses beaux-parents, cette histoire douloureuse relevait du tabou : "Jamais ils ne nous avaient parlé de leur histoire. Ça leur faisait quelque chose. Quand nous avons voulu faire un livre sur Arles, on les a poussés à parler. Mon beau-père disait 'Je n'ai plus de pays. Ici, je suis Français mais je ne suis pas chez moi, et au village, je ne suis plus chez moi'. Il n'était bien nulle part. Ma belle-mère, elle, s'est bien habituée, mais avec ce souvenir caché. Ça leur faisait mal de parler."

  

Des souvenirs douloureux qui, encore aujourd'hui, virent à l'omerta. "Personne n'en parle, poursuit Jean-Pierre Ferrari. Allez dans Arles et demandez où se trouvaient les camps. Les gens vous regardent avec des yeux... Et pourtant il y en avait trois. Un se trouvait vers l'actuel camping. Quand il a été plein, un deuxième a été créé dans le champ en face. Et le troisième se trouvait vers le Mas Plume. Il ne faut pas que ça s'oublie, il faut que les enfants sachent que près de 100.000 personnes sont passées par ici."

 

Se souvenir, un devoir essentiel pour ne pas répéter l'histoire. Dans la salle, beaucoup de spectateurs avaient, aux côtés des pins aux couleurs de la République espagnole, le bandeau jaune des indépendantistes catalans. 

 

Comme un écho à El himno de Riego en ouverture, tous ont entonné en clôture, emmenés par Marina Rossell, Els Segadors, l'hymne de la Catalogne. Les prochaines représentations auront lieu le 22 février à Banyuls, le 19 mai à Toulouges et le 13 octobre à l'Auditori de Barcelone. 

SPECTACLE à Arles sur Tech - Extrait du journal "Le travailleur catalan" N° 3774


- BANYULS SUR MER, le vendredi 22 février 2019, salle Bartissol,

SPECTACLE à Banyuls sur mer - Salle Bartissol à Banyuls sur mer, le 22.02.2019

SPECTACLE  présenté à Banyuls sur mer - Article de l'Indépendant du 26 février 2019


- TOULOUGES, salle du Naturopôle, le 19.05.2019 - Quelques images.

 

 

Article paru dans l'Indépendant

le 24.05.2019

Article paru dans le PETIT JOURNAL

            du 23 au 29 mai 2019

         Article paru dans

LE TRAVAILLEUR CATALAN

Semaine du 24 au 30 mai 2019


- THUIR, le samedi 31 aout 2019, au théâtre des Aspres

Article paru dans l'Indépendant

         le 1er août 2019


- PRADES, le vendredi 20 septembre, au Centre sportif Marcel Clos


- BARCELONE, initialement prévu le dimanche 13 octobre 2019, à l'Auditori, mais reporté à une date ultérieure