PROJET 2019 - ANNIVERSAIRE DE LA "RETIRADA" (80 ans)


RAPPEL HISTORIQUE:

"La retirada" est l'exode des réfugiés espagnols de la guerre civile. À partir de février 1939, ce sont plus de 450 000 républicains qui franchissent la frontière franco-espagnole à la suite de la chute de la Seconde République espagnole et de la victoire du général Franco.

Les premiers réfugiés arrivent à la fin de décembre 1938 et au début de janvier 1939. La France met en place un dispositif d’empêchement. Mais la chute du front de la Catalogne et la prise de Barcelone par les phalangistes, le 26 janvier 1939, entraînent la débâcle des forces républicaines et le début de l’exode massif. Dans un premier temps, devant l’afflux de militaires et de civils vers la frontière française, le gouvernement Daladier propose à Franco d’organiser une zone neutre entre Andorre et Portbou. Le dictateur espagnol refuse, considérant les fuyards comme des prisonniers de guerre. 

La frontière est alors ouverte le 27 janvier par le gouvernement français, afin de leur permettre d’échapper à l’impitoyable répression phalangiste (35 000 exécutions). Cette ouverture n’est, dans un premier temps, concédée qu’aux civils, les gardes mobiles et le 24e régiment de tirailleurs sénégalais faisant le tri, repoussant même les hommes valides, par la force au besoin. Lors de l’entrée sur le territoire français, les réfugiés sont dépouillés de tout : armes, mais aussi bijoux, argent liquide, etc.

Mais, dès le 28 janvier, le dispositif de filtrage est converti en dispositif d’accueil. Le 2 février, 45 000 Espagnols sont déjà arrivés en France, ce qui provoque la décision de fermer à nouveau la frontière aux hommes, et l’internement sur la plage d’Argelès de ceux qui sont déjà entrés le 5 février, avant que le gouvernement ne revienne sur sa décision le 9 février. 

À partir du 5 février, ce qui reste de l'armée républicaine est autorisée à franchir la frontière : ce sont 250 000 combattants qui s’ajoutent aux 250 000 premiers réfugiés. 

Les autorités françaises ont sous-estimé l'ampleur de l'exode. En mars 1939, ce sont 264000 Espagnols qui se serrent dans les camps des Pyrénées-Orientales quand la population départementale s’élève à moins de 240 000 personnes.

 

LES CAMPS

La France est complètement débordée par ce drame humanitaire. Elle désarme, trie, tente d’appréhender les problèmes sanitaires, au cœur d'un hiver particulièrement rude. L’essentiel étant de garder la main sur les réfugiés. Six régiments d’infanterie, quatre de cavalerie, plus des éléments organiques sont mobilisés. Des zones de regroupement sont créées, en Cerdagne, avec les centres de Bourg-Madame et de Latour-de-Carol, dans le Haut-Vallespir, à Arles-sur-Tech et Amélie-les-Bains , puis dans le camp de Saint-Laurent-de-Cerdans.

Les camps de concentration les plus importants et les plus nombreux sont installés sur le littoral : Saint-Cyprien, Argelès-sur-Mer, le Barcarès.

Les conditions de vie y sont déplorables, sans installations sanitaires. De février à juillet 1939, 15 000 personnes meurent dans les camps, la plupart de dysenterie, soit un taux de mortalité supérieur à 6 %.

Des centres d'hébergement sont aussi créés dans le reste de la France métropolitaine . C’est le cas du château de la Valette à Pressigny-les-Pins (Loiret). Le gouvernement du Pays basque organise également des évacuations, au moment de la campagne du Nord et de la chute de Bilbao. C’est la deuxième grande vague de réfugiés d’Espagne vers la France, qui concerne 120 000 personnes. Le gouvernement mobilise une flotille qui transporte les réfugiés du nord de l’Espagne vers les ports de l’ouest de la France, Pauillac, Le Verdon, La Pallice, Saint-Nazaire, Nantes. Une fois débarqués, ces réfugiés sont transportés dans différents centres d’accueil dans toute la France.

Des camps spécialisés sont installés dans le sud de la France: le camp de Bram (Aude) est destiné à l’internement des civils et des vieillards ; le camp d'Agde (Hérault) sert à désengorger les camps des Pyrénées-Orientales ; le camp de Septfonds (Tarn-et-Garonne) accueille les hommes valides, pouvant être recrutés par les compagnies de travailleurs étrangers (CTE) ; le camp du Vernet et la briqueterie de Mazères (Ariège) sont prévus pour l’internement des anarchistes,  le camp de Rieucros (Lozère), est le premier camp d'internement français ouvert pour les étrangers indésirables en janvier 1939. D’autres camps sont encore ouverts à Montolieu, Ogeu, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Talence, Moutiers.

D’autres camps sont aussi créés en Afrique française du Nord, pour les Espagnols des poches du Levant (région de Valence et d’Alicante) qui fuient par la mer. Ces réfugiés sont internés dans des camps dits d’accueil, mais qui étaient en réalité des camps de travail forcé, à Boghari (Camp Morand), Suzoni. Environ 15 000 Espagnols réfugiés en France métropolitaine y sont déportés. Au total, on évalue le nombre d’Espagnols passés dans les camps d’Afrique du Nord à environ 30 000. Parmi les 50 camps utilisés pour interner des Espagnols, les principaux sont, outre ceux déjà cités, ceux de Relizane, Bouarfa, Settat, Oued-Akrouch, Kenadsa, Tandara. Des camps disciplinaires, ou punitifs, sont installés à Hadjerat M'Guil, Ain el-Ourak, Meridja, Djelfa, Berrouaghia. 

ANTECEDENTS HISTORICS:

 

"La retirada" és l'éxode de refugiats espanyols de la guerra civil. A partir de febrer de 1939, hi ha més de 450.000 republicans que creuen la frontera franco espanyola arran de la caiguda de la Segona República Espanyola i la victòria del general Franco.

Els primers refugiats van arribar a finals de desembre de 1938 i principis de gener de 1939. França està duent a terme un dispositiu de prevenció. Però la caiguda del front de Catalunya i la captura de Barcelona pels falangistes 26 de gener de 1939, fan que el col·lapse de les forces republicanes i el començament d'un èxode massiu. Al principi, abans que l'afluència de soldats i civils de la frontera francesa, el govern Daladier proposa a Franco per mantenir una zona neutral entre Andorra i Portbou. El dictador espanyol es nega, tenint en compte els fugitius com a presoners de guerra.

A continuació s'obre la frontera el 27 de gener pel govern francès perquè puguin escapar de la implacable repressió falangista (35.000 carreres). Aquesta obertura és, al principi, concedida a civils, guàrdies mòbils i el regiment 24 d'infanteria de Senegal per la classificació, fins i tot empenyent els homes de cos, per la força si cal. En entrar al territori francès, els refugiats són despullats de totes les armes, sinó també joies, diners en efectiu, etc.

Però el 28 de gener, el dispositiu de filtració es converteix en dispositiu host. El 2 de febrer, 45.000 espanyols ja han arribat a França, fent que la decisió de tancar la frontera als homes de nou, i l'internament a la platja d'Argelers dels que ja han entrat en el 5 de febrer abans de la govern de marxa enrere en la seva decisió el 9 de febrer.

Del 5 de febrer, el que queda de l'exèrcit de la República se'ls permet creuar la frontera: són 250.000 veterans, a més dels primers 250.000 refugiats. Les autoritats franceses han subestimat la magnitud de l'èxode. Al març de 1939, va ser de 264.000 espanyols que s'apinyen en els camps departamentals Pirineus Orientals quan la població és inferior a 240 000 persones.

 

ELS CAMPS

França és completament aclaparat per aquesta tragèdia humanitària. Es desarma, tipus, tractant de comprendre els problemes de salut en el cor d'un hivern particularment dur. La clau és mantenir el agafador dels refugiats. Sis regiments d'infanteria, quatre de cavalleria, es mobilitzen els elements més orgànics. zones d'agrupació es creen, a la Cerdanya, amb els centres de Bourg-Madame i la Tor de Carol, a l'Alt Vallespir, Arles-sur-Tech i Amélie-les-Bains i en el camp de San -Laurent de Cerdans.

Els majors camps de concentració i més assentats a la costa: Sant Cebrià de Rosselló, Argelers, Barcarès. Les condicions de vida són deplorables, sense sanejament. De febrer a juliol de 1939, 15 000 persones moren en els camps, la majoria de la disenteria, una taxa de mortalitat de més del 6%. centres d'allotjaments es creen en la resta de la França metropolitana. Aquest és el cas de La Valette Castell a Pressigny-les-Pins (Loiret). El govern del País Basc també organitza les evacuacions, durant la campanya del Nord i la caiguda de Bilbao. Aquesta és la segona gran onada de refugiats d'Espanya a França, que consisteix en 120 000 persones. El govern va mobilitzar a una flotilla que portava refugiats del nord d'Espanya als ports de l'oest de França, Pauillac, Verdon, La Pallice, St Nazaire, Nantes. Un cop aterrat, els refugiats són transportats a diferents refugis a tot França. camps especialitzats estan instal·lats al sud de França: el camp de Bram (Aude) és per a l'internament dels civils i dels ancians; Camp d'Agde (Herault) serveix per alleujar els camps de Pirineus Orientals; Septfonds els campaments (Tarn-et-Garonne) la benvinguda a homes amb cos sent reclutats per les companyies de treballadors estrangers (ETC); el camp de Vernet i maó Mazères (Ariege) es proporcionen per a l'internament dels anarquistes, camp de Rieucros (Lozère), és el primer camp de concentració francès obert per a estrangers indesitjables al gener de 1939. Altres camps segueixen oberts a Montolieu, Ogeu, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Talence, Moutiers. Altres camps també es creen a l'Àfrica del Nord francesa, els espanyols de les butxaques de Llevant (València i Alacant) que fugen per mar. Aquests refugiats van ser internats en els anomenats camps de refugiats, però eren en realitat camps de treballs forçats en Boghari (Camp Morand) Suzoni. Aproximadament 15.000 refugiats espanyols a França van ser deportats allà. En total, calcula el nombre d'espanyols va passar en els camps del nord d'Àfrica al voltant de 30 000. Dels 50 camps que s'utilitzen per detenir els espanyols, els més importants, a més dels ja esmentats, els Relizane, Bouarfa Settat Oued-Akrouch, Kenadsa, Tandara. campaments disciplinàries o punitives s'instal·len Hadjerat M'Guil, Ain el-Ourak, Meridja, Djelfa, Berrouaghia.



LE PROJET

 

En 2019, nous commémorerons le 80ème anniversaire de cet évènement particulièrement douloureux: La RETIRADA.

Cet évènement sera commémoré, à partir de février 2019, dans de nombreuses villes et villages du département des PO, et peut être même en dehors de notre département, et la FCCCN désire s'inscrire dans ce mouvement.

Avec les chefs de chœur, Anne PATRUX, Chantal JOUBERT, Francesc BITLOCH, Isabelle SERRALTA, un spectacle sera conçu sur le thème de la retirada et de l'exil.

Notre souhait est de le présenter entre 5 et 10 fois en 2019, à l'initiative de villes, de communautés de communes ou d'associations mémorielles, mais aussi dans des lieux emblématiques, sous condition de détenir des espaces suffisamment vastes pour accueillir sur scène, plus de 200 choristes-interprètes, accompagnés de musiciens. Il serait aussi souhaitable que ces espaces soient dotés de matériels audio et vidéo. Car ce spectacle ne sera pas un concert. Il sera basé sur des chants, bien sûr, mais aussi sur des présentations de textes historiques et littéraires, avec des traductions et illustrations projetées par vidéo.

 

Les 12 chants retenus sont les suivants:

- en français:

  • Aller sans retour, de Juliette
  • Mon fils chante, de Maurice Fanon et Gérard Jouannet

- en castillan:

  • Himno de Riego (hymne de la République espagnole)
  • La Cucaracha (version du camp d'Argelès)
  • Los cuatros muleros (adaptation de Federico Garcia Lorca)
  • A la Barricadas
  • El paso del Ebro

- en catalan

  • L'Emigrant
  • Venim del Nord, venim del sud, de Lluis Llach
  • La Muixeranga, d'Algemesi
  • Paisatge de l'Ebre, de Teresa Rebull
  • La Santa Espina

EL PROJECT

 

En 2019, que commemorarà el 80 aniversari d'aquest esdeveniment particularment doloros: La RETIRADA

 

Aquest esdeveniment es commemorarà al febrer de 2019, en moltes ciutats i pobles del departament de OP, i potser fins i tot fora del nostre departament, i FCCCN desitja inscriure en aquest moviment. Amb directors de cor, Anne PATRUX, Chantal Joubert, Francesc BITLOCH Isabelle SERRALTA, un espectacle estarà dissenyat en el tema de la Retirada i l'exili. El nostre desig és presentar entre 5 i 10 vegades en l'any 2019, les ciutats de la iniciativa, les comunitats de municipis o associacions de la memòria, sinó també en llocs emblemàtics, objecte de mantenir espais prou gran per acomodar l'escenari més de 200 cantants i artistes, acompanyats pels músics. També seria desitjable que aquests espais estan equipats amb materials d'àudio i vídeo. Per a aquest espectacle no serà un concert. Estarà basat en les cançons, és clar, però també les presentacions de textos històrics i literaris amb traduccions i il·lustracions projectades per vídeo.

 

Els 12 temes seleccionats són els següents:

- en francès:

  • Anar sense retorn, Julieta
  • Meu fill canta, Maurici Fanon i Gerard Jouannet

- en espanyol:

  • Himne de Riego (himne de la República Espanyola)
  • La Cucaracha (versió de campament Argelès)
  • Els quatres muleros (adaptació Federico García Lorca)
  • A les barricades
  • El pas de l'Ebre

- en Catalan

  • Emigrant
  • Venim del Nord vením del sud, Lluís Llach
  • La Muixeranga, d'Algemesi
  • El paisatge de l'Ebre, Teresa Rebull
  • La Santa Espina