PROJET 2019 - ANNIVERSAIRE DE LA "RETIRADA" (80 ans)


RAPPEL HISTORIQUE:
"La retirada" est l'exode des réfugiés espagnols de la guerre civile. En février 1939, plus de 450 000 républicains franchissent la frontière franco-espagnole après la chute de la deuxième République espagnole et la victoire du général Franco.
Les premiers réfugiés arrivent à la fin de décembre 1938 et au début de janvier 1939. La France met en place un dispositif d'empêchement. Mais la chute du front de Catalogne et la prise de Barcelone par les phalangistes, le 26 janvier 1939, entraînent la dispersion des forces républicaines et le début d'un exode massif. Au début, face à l'afflux de soldats et de civils à la frontière française, le gouvernement Daladier propose à Franco de créer une zone neutre entre Andorre et Portbou. Le dictateur espagnol refuse, considérant les fugitifs comme des prisonniers de guerre.

La frontière est alors ouverte par le gouvernement français le 27 janvier, pour que les exilés échappent à la répression implacable des phalangistes (35 000 exécutions). Cette ouverture est initialement accordée aux civils; les gardes mobiles et le 24ème Régiment de tirailleurs sénégalais font le tri, repoussant même les hommes valides, en utilisant parfois la force. Quand ils entrent sur le territoire français, les réfugiés sont dépossédés de tout: des armes, mais aussi des bijoux, de l'argent, etc.
Mais dès le 28 janvier, le dispositif de filtrage
devient un dispositif d'accueil. Le 2 février, 45 000 Espagnols sont déjà arrivés en France, ce qui provoque, le 5 février, la décision de fermer de nouveau la frontière aux hommes, et d'organiser l'internement sur la plage d'Argelès des exilés déjà entrés , avant que le gouvernement ne revienne sur cette décision, le 9 février.

A partir du 5 février, ce qui reste de l'armée de la République est autorisé à franchir la frontière: ce sont 250 000 combattants, qui viennent s'ajouter aux 250 000 premiers réfugiés. Les autorités françaises ont sous-estimé l'ampleur de l'exode. En mars 1939, ce sont 264000 Espagnols qui s'installent dans le département des Pyrénées Orientales alors que sa population est inférieure à 240 000 habitants.

LES CAMPS

La France est complètement dépassée par cette tragédie humanitaire. Elle désarme, trie, tente d'appréhender les problèmes sanitaires au cœur d'un hiver particulièrement rude. L'essentiel est de garder l'emprise sur les réfugiés. Six régiments d'infanterie, quatre de cavalerie, et des éléments organiques sont mobilisés. Des zones de regroupement sont créées, en Cerdagne, avec les centres de Bourg-Madame et de Latour de Carol, dans le Haut Vallespir, à Arles-sur-Tech et à Amélie-les-Bains et dans la région de Saint-Laurent de Cerdans.
Les plus grands camps de concentration sont créés sur la côte: Saint Cyprien, Argelès, Le Barcarès. Les conditions de vie y sont déplorables, sans installations sanitaires. De février à juillet 1939, 15 000 personnes meurent dans les camps, la plupart de la dysenterie, soit un taux de mortalité de plus de 6%. Les centres d'hébergement sont créés dans le reste de la France métropolitaine. C'est le cas du château de La Valette à Pressigny-les-Pins (Loiret). Le gouvernement du Pays Basque organise également des évacuations, pendant la campagne du Nord et la chute de Bilbao. C'est la deuxième grande vague de réfugiés d'Espagne en France, qui concerne 120 000 personnes. Le gouvernement mobilise une flottille transportant des réfugiés du nord de l'Espagne vers les ports de l'ouest de la France, Pauillac, Verdon, La Pallice, St Nazaire, Nantes. Une fois débarqués, les réfugiés sont transportés vers différents centres d'hébergement dans toute la France. Des camps spécialisés sont installés dans le sud de la France: le camp de Bram (Aude) est destiné à l'internement des civils et des personnes âgées; Le camp d'Agde (Hérault) sert à désengorger les camps des Pyrénées-Orientales; Les camps de Septfonds (Tarn-et-Garonne) accueillent des hommes valides pouvant être recrutés par les compagnies de travailleurs étrangers (CTE); Le camp du Vernet et la briqueterie Mazères (Ariège) sont prévus pour l'internement des anarchistes; le camp de Rieucros (Lozère), est le premier camp de concentration français ouvert pour les étrangers indésirables en Janvier 1939. D'autres camps sont encore ouverts à Montolieu , Ogeu, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Talence, Moutiers. D'autres camps sont également créés en Afrique du Nord, accueillant les Espagnols des poches du Levant (Valence et Alicante) qui fuient par la mer. Ces réfugiés ont été internés dans des camps dits d'accueil, mais qui étaient en réalité des camps de travaux forcés, à Boghari (Camp Morand) et Suzoni.
Environ 15 000 réfugiés espagnols en France y ont été expulsés. Au total, on évalue le nombre d'Espagnols passés dans les camps d'Afrique du Nord à environ 30 000. Parmi les 50 camps utilisés pour interner les espagnols, les plus importants, outre ceux déjà mentionnés, sont ceux de Relizane, Bouarfa, Settat, Oued-Akrouch, Kenadsa, Tandara. Des camps disciplinaires ou punitifs sont installés à Hadjerat M'Guil, Ain el-Ourak, Meridja, Djelfa, Berrouaghia.

 

ANTECEDENTS HISTÒRICS: 

"La retirada" és l'èxode dels refugiats espanyols de la guerra civil. A partir de febrer del 1939, més de 450.000 republicans  travessen la frontera franco-espanyola després de la caiguda de la Segona República Espanyola i  la victòria del general Franco. 

Els primers refugiats  arriben a finals de desembre del 1938 i a principis de gener del 1939. França estableix   un dispositiu de prevenció. Però la caiguda del front de Catalunya i la presa de Barcelona pels falangistes, el 26 de gener del 1939, provoquen la desbandada de les forces republicanes i el començament d'un èxode massiu. Al principi, davant de l'afluència de soldats i de civils a la frontera francesa, el govern Daladier proposa a Franco de crear una zona neutra entre Andorra i Portbou. El dictador espanyol s'hi nega, considerant els fugitius com a presoners de guerra.

A continuació, el govern francès obre la frontera el 27 de gener  perquè els exiliats puguin escapar a la implacable repressió falangista (35.000 execucions). Aquesta obertura és, al principi, concedida als civils; els guardes mòbils i el 24è regiment  d'infanteria de Senegalesos fan la tria, rebutjant fins i tot  els homes vàlids, utilizant la força eventualment. Quan entren al territori francès, els refugiats són desposseïts de tot :  armes, però també joies, diners en efectiu, etcètera.

Però el 28 de gener, el dispositiu de filtració es converteix en dispositiu d'acolliment. El 2 de febrer, 45.000 Espanyols ja han arribat a França. El govern francès decideix, el 5 de febrer, de tornar a tancar la frontera als homes i d'organitzar l'internament  dels que ja han entrat a la plaja d'Argelers;  després fa marxa enrera   el 9 de febrer.

 A partir del 5 de febrer, es permet travessar la frontera als que queden de l'exèrcit  de la República: són 250.000 combatents, a més dels primers 250.000 refugiats. Les autoritats franceses han subestimat la magnitud de l'èxode. Al març del 1939, són 264.000 Espanyols que s'apinyen en els camps  dels Pirineus Orientals quan la seva població és inferior a 240 000 persones. 

ELS CAMPS

França és completament desbordada per aquesta tragèdia humanitària. Desarma, tria, tracta de comprendre els problemes de salut en el cor d'un hivern particularment dur. La clau és controlar els refugiats. Sis regiments d'infanteria, quatre de cavalleria, i altres elements es mobilitzen. Zones d'agrupació es creen, a la Cerdanya, amb els centres de la Guingueta d'Ix i la Tor de Querol, a l'Alt Vallespir, amb els d'Arles de Tec i Els Banys d'Arles i a prop  de Sant -Llorenç de Cerdans.

Els  camps de concentració més importants són creats  a la costa: Sant Cebrià, Argelers, El Barcarès. Les condicions de vida són deplorables, sense instal.lacions sanitàries. Del febrer al juliol del 1939, 15 000 persones moren en els camps, la majoria per culpa de la disenteria, sigui un percentatge  de mortalitat superior a 6%. Centres d'allotjament es creen en la resta de la França metropolitana. Aquest és el cas del Château de la Valette a Pressigny-les-Pins (Loiret). El govern del País Basc també organitza  evacuacions, durant la campanya del Nord i la caiguda de Bilbao. Aquesta és la segona gran onada de refugiats d'Espanya a França, que consisteix en 120 000 persones. El govern  mobilitza a una flotilla que porta refugiats del nord d'Espanya als ports de l'oest de França, Pauillac, Verdon, La Pallice, St Nazaire, Nantes. Un cop desembarcats, els refugiats són transportats cap a diferentscentres d'allotjament a tot França. Camps especialitzats estan instal·lats al sud de França: el camp de Bram (Aude) és destinat a l'internament dels civils i dels ancians; el camp d'Agde (Herault) serveix per alleujar els camps de Pirineus Orientals;  els camps de Septfonds (Tarn-et-Garonne) reben homes vàlids que poden ser reclutats per les companyies de treballadors estrangers (ETC); el camp de Vernet i la fàbrica de rajoles Mazères (Ariège) es destinen  a l'internament dels anarquistes; el camp de Rieucros (Lozère), és el primer camp de concentració francès obert per a estrangers indesitjables al gener de 1939. Altres camps són oberts a Montolieu, Ogeu, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Talence, Moutiers. Altres camps també es creen a l'Àfrica del Nord francesa, rebent els espanyols de València i Alacant que fugen per mar. Aquests refugiats estan internats en els anomenats camps de refugiats, però són en realitat camps de treballs forçats a Boghari (Camp Morand) i Suzoni. Aproximadament 15.000 refugiats espanyols a França són  deportats allà. En total, s'avalua  al voltant de 30 000 el nombre d'Espanyols que  passa en els camps del nord d'Àfrica. Dels 50 camps que s'utilitzen per detenir els Espanyols, els més importants, a més dels ja esmentats, són els de Relizane, Bouarfa, Settat, Oued-Akrouch, Kenadsa, Tandara. Camps disciplinaris o punitius s'instal·len a Hadjerat M'Guil, Ain el-Ourak, Meridja, Djelfa, Berrouaghia.



LE PROJET

 

En 2019, nous commémorerons le 80ème anniversaire de cet évènement particulièrement douloureux: La RETIRADA.

Cet évènement sera commémoré, à partir de février 2019, dans de nombreuses villes et villages du département des PO, et peut être même en dehors de notre département, et la FCCCN désire s'inscrire dans ce mouvement.

Avec les chefs de chœur, Anne PATRUX, Chantal JOUBERT, Francesc BITLOCH, Paul ROIG, un spectacle sera conçu sur le thème de la retirada et de l'exil.

Le souhait de la FCCCN est de le présenter entre 5 et 10 fois en 2019, à l'initiative de villes, de communautés de communes ou d'associations mémorielles, mais aussi dans des lieux emblématiques, sous condition de détenir des espaces suffisamment vastes pour accueillir sur scène, plus de 200 choristes-interprètes, accompagnés de musiciens. Il serait aussi souhaitable que ces espaces soient dotés de matériels audio et vidéo, car ce spectacle ne sera pas un concert. Il sera basé sur des chants, bien sûr, qui seront le fil conducteur du spectacle, mais il y aura aussi, des présentations de textes historiques et littéraires, avec des traductions et illustrations projetées par vidéo.

 

Les 12 chants retenus sont les suivants:

- en français:

  • Aller sans retour, de Juliette
  • Mon fils chante, de Maurice Fanon et Gérard Jouannet

- en castillan:

  • Himno de Riego (hymne de la République espagnole)
  • La Cucaracha (version du camp d'Argelès)
  • Los cuatros muleros (adaptation de Federico Garcia Lorca)
  • A la Barricadas
  • El paso del Ebro

- en catalan

  • L'Emigrant
  • Venim del Nord, venim del sud, de Lluis Llach
  • La Muixeranga, d'Algemesi
  • Paisatge de l'Ebre, de Teresa Rebull
  • La Santa Espina

IMPORTANT - Vous pouvez télécharger tous les chants énumérés ci-dessus, en allant sur le site ci-après (copier l'adresse du site dans votre navigateur).

https://drive.google.com/drive/folders/1SJ1LSg94jfT6SjQyI9emedgBw4znrbNl?usp=sharing

Vous y trouverez 2 dossiers, l'un intitulé "chants catalans" et l'autre "chants castillans/français". Si vous cliquez sur chacun des dossiers, vous disposez alors de tous les fichiers Mp3, regroupés par pupitre. Un nouveau clic sur le pupitre qui vous intéresse et vous avez accès aux fichiers.

Vous pouvez alors le télécharger (clic "droit" sur le fichier avec la souris) et l'enregistrer sur votre ordinateur dans le répertoire de votre choix.